Une consommation responsable de nos produits est une priorité pour notre fédération professionnelle.

Cela peut sembler contradictoire : une fédération qui représente le vin et les spiritueux et qui s’érige en défenseur d’une consommation modérée d’alcool. Vous pensez que plus nos produits contenant de l’alcool sont consommés, mieux c’est pour le secteur ? Pas du tout. Notre secteur ne tire pas profit d’une consommation excessive d’alcool. C’est néfaste pour la santé du consommateur et cela donne une mauvaise image à l’alcool.

C’est pourquoi notre fédération plaide pour une politique relative à l’alcool qui fonctionne.

Principes

  • Une approche ciblée

Sur la base des données actuellement disponibles (source : WIV-ISP, Enquête de santé 2013), la majorité des Belges boit avec modération : 82 % des Belges adultes boivent de l’alcool. 94 % d’entre eux le font avec modération. Seuls 14 % des Belges de plus de 15 ans boivent quotidiennement. Seul un très petit groupe – 6 % des Belges buvant de l’alcool – a tendance à boire trop. Les mesures répressives qui touchent la grande majorité des citoyens – qui consomment de l’alcool avec modération – sont inefficaces. La politique doit s’adresser spécifiquement au petit groupe des 6 % qui ont une consommation problématique d’alcool.

  • Basé sur des faits et des données vérifiées

La lutte contre l’abus d’alcool commence par une politique qui vise à dresser la carte du véritable problème : rassembler un maximum de connaissances vérifiables sur les habitudes de consommation des groupes à problèmes qui abusent de l’alcool. Cette collecte de données et ces connaissances détaillées sont nécessaires pour mettre en place des actions préventives efficaces et développer des infrastructures d’aide et de soins adaptées.

  • Devoir de diligence partagé

Une bonne collaboration coordonnée entre tous les acteurs sociaux concernés – les autorités, les centres d’expertise, le secteur et les consommateurs – mènera au meilleur résultat.

  • Sans discrimination

Pour un maximum d’efficacité, les conditions doivent être identiques pour la bière, le vin et les spiritueux. Pour l’instant, il existe de nombreuses différences, dont la vente de bière et de vin moins limitée que celle de spiritueux (âge minimal, licences, autres restrictions liées à la vente…). En plus de manquer de base objective, cette discrimination est néfaste pour une politique efficace en matière d’alcool.

Actions

  • Sensibilisation intensive des consommateurs

Une bonne information mène à une consommation responsable d’alcool car les utilisateurs individuels peuvent délibérément décider en connaissance de cause quelle quantité d’alcool ils veulent boire et comment. La sensibilisation à une consommation modérée d’alcool doit se faire en permanence via des campagnes répétées dans les médias, combinées avec l’utilisation de supports numériques tels les codes QR, les apps ou les sites web spécifiques, comme degusteravecsagesse.be.

  • Prévention, conscientisation et encouragement d’un comportement modéré face à l’alcool

Tout le monde doit à tout moment avoir conscience de son comportement face à l’alcool et des éventuelles conséquences que cela implique. Mieux vaut débuter la prévention le plus tôt possible : dans l’enseignement secondaire en particulier, il faut consacrer une attention spécifique à la sensibilisation à la consommation d’alcool. Les 94 % de Belges qui boivent de l’alcool de façon responsable (source : WIV-ISP, Enquête de santé 2013) doivent être positivement encouragés à maintenir un comportement modéré de consommation.

  • Approche ciblée des 6 % qui abusent de l’alcool (source : WIV-ISP, Enquête de santé 2013)

Une approche sur mesure – avec des mesures complémentaires, orientées sur des groupes cibles spécifiques – est ici nécessaire. Le secteur est un réel partisan d’actions préventives comme l’information, l’éducation sur les effets néfastes de l’abus d’alcool pour la santé, des actions spécifiques ciblant les consommateurs à problèmes, et la vente et le service responsables d’alcool. Le secteur plaide en outre pour une politique de tolérance zéro par rapport au comportement problématique spécifique et aux publics cibles vulnérables. Vinum Et Spiritus soutient donc tous les efforts des autorités pour ramener à zéro les incidents et les accidents de la route suite à la conduite sous influence. Le secteur soutient également la tolérance zéro par rapport à la consommation d’alcool au travail et pendant la grossesse.

  • Un seul âge minimal pour toutes les boissons contenant de l’alcool

Les conséquences du comportement des jeunes face à l’alcool portent actuellement à confusion, en raison d’une réglementation différente d’une part pour la bière et le vin et d’autre part pour certains produits intermédiaires contenant de l’alcool ou les spiritueux. Un âge minimal harmonisé de 18 ans pour toutes les boissons contenant de l’alcool, d’intenses campagnes de contrôle et l’instauration d’amendes substantielles pour vente illégitime auraient une réelle influence sur l’efficacité de la politique belge à l’égard des mineurs et des jeunes.

  • Limitation univoque de la vente de toutes les boissons contenant de l’alcool

Certains appellent à limiter l’offre de vins et de spiritueux en magasin, car les canaux de vente ne respectent pas suffisamment leurs règles en matière de vente d’alcool. La réglementation différente pour la bière, le vin et les spiritueux, en particulier, ne favorise pas une application correcte de la loi. Selon Vinum Et Spiritus, une interdiction de vente univoque, et ce pour tous les types de boissons alcoolisées, dans les stations-services ou les magasins situés le long des autoroutes et via les distributeurs de boissons, se justifie en raison d’une part de l’association directe avec la conduite en voiture et d’autre part du manque total de contrôle social lors de la vente d’alcool dans les distributeurs de boissons.

En résumé, Vinum Et Spiritus est partisan d’un plan relatif à l’alcool qui vaut pour toutes les boissons contenant de l’alcool et qui vise une culture de consommation responsable comme faisant partie d’un style de vie équilibré.