Vinum Et Spiritus a analysé le rapport sur l’alcool et la santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) – voir ce document. Les statistiques belges montrent que le nombre d’achats officiels non effectués en Belgique a doublé par rapport à 2010 et que les jeunes de 15 à 19 ans ont un comportement de consommation problématique.

Dans notre pays (http://www.who.int/nmh/countries/2018/bel_en.pdf?ua=1),  le nombre moyen de litres d’alcool pur consommés par personne et par an est passé de 11,4 à 12,1 litres en six ans. La Belgique occupe ainsi la treizième place en Europe et fait mieux que ses voisins, l’Allemagne (13,4 litres) et la France (12,6 litres). Ces nouveaux chiffres sont tout à fait différents des informations initialement publiées le 12 septembre 2018, lorsque notre pays figurait en troisième place du classement européen.

Le rapport révèle également que le nombre d’achats à l’étranger et d’achats d’alcool illégal a doublé en six ans. Geert Van Lerberghe, le directeur général de Vinum Et Spiritus, déclare : « Nous passons de 0,5 litre à 1 litre d’alcool pur par personne. Ces résultats correspondent à ceux du bureau d’études GfK, qui avait déjà montré que la part des spiritueux achetés par les Belges à l’étranger augmente d’année en année. En 2015, les alcools étrangers représentaient 5 % du total de leurs achats d’alcool, contre 10 % en 2016 et 11,3 % en 2017. L’augmentation des accises par le gouvernement n’a donc pas poussé les Belges à boire moins, mais à acheter à l’étranger. »

Geert Van Lerberghe ajoute : « Nous constatons une évolution positive dans notre pays. Par exemple, il y a nettement moins d’accidents de la route causés par l’abus d’alcool. De plus, le nombre d’années de vie perdues à cause de l’alcool est passé de quatre ans en 2010 à trois ans en 2016. »

Théâtre éducatif

Mais il y a encore des possibilités d’amélioration. Par exemple, l’augmentation de la consommation excessive d’alcool – plus de six verres à une même occasion – est frappante et problématique. «Les jeunes de 15 à 19 ans, en particulier, sont un groupe à problèmes. La consommation excessive d’alcool est nettement plus fréquente parmi eux que dans le reste de la population. C’est pourquoi nous poursuivons nos efforts en vue d’harmoniser à 18 ans l’âge minimal pour tous les types d’alcool. Dans l’intervalle, nous voulons démontrer l’engagement de notre secteur et, en collaboration avec le Fonds Emilie Leus, nous nous rendons dans des écoles secondaires avec un théâtre éducatif afin d’attirer l’attention des jeunes sur les dangers de l’alcool, en particulier sur la route», conclut Geert Van Lerberghe.